L’immigration représente une solution pour contrer la pénurie de main-d’œuvre. À cet effet, afin d’en apprendre davantage sur les processus de sélection des travailleurs étrangers, les démarches d’immigration auprès des gouvernements et les services offerts par les firmes spécialisées, le RTMQ s’est entretenu avec Mme Roxane Dumais-Pelletier, directrice générale chez Métier Plus International.

Pouvez-vous nous en dire davantage sur Métier Plus International ?

Depuis 25 ans, Métier Plus œuvre dans le recrutement et la gestion du personnel dans le domaine des métiers techniques. Jusqu’en 2017, nous concentrions nos activités essentiellement au Québec. Cependant, la belle province étant confrontée à une pénurie de main-d’œuvre, notamment en région, Métier Plus International a ajouté une nouvelle corde à son arc en 2018 en ouvrant une nouvelle division axée sur le recrutement international. Plus spécifiquement, nous avons ciblé six professions «pénuriques», soit les machinistes, les soudeurs, les électromécaniciens, les mécaniciens, les opérateurs et les peintres industriels puis entrepris des démarches de recrutement dans des pays comme le Costa Rica, le Nicaragua et le Guatemala.

Pourquoi avoir ciblé ces pays d’Amérique centrale ?

Outre le fait que ces pays ont une culture relativement proche de la culture québécoise, nous avons sondé quelques entreprises ayant fait appel aux services de ces différents travailleurs étrangers et toutes ont mis de l’avant leur capacité d’intégration, leur expérience, leur compétence et leur cœur à l’ouvrage. En effet, qu’ils s’agissent des Costaricains, des Nicaraguayens ou des Guatémaltèques, tous sont habitués dans leurs pays respectifs à travailler 60 à 70 heures par semaine; le travail représente un élément central de leur vie.

Comment se déroule le processus de recrutement des professionnels ?

Nous allons tout d’abord à la rencontre des entrepreneurs afin de connaître et comprendre les besoins de leur industrie. Notre objectif est bien entendu de voir si notre bassin de candidats répertorié dans les six professions ciblées (machinistes, soudeurs, électromécaniciens, mécaniciens, opérateurs et peintres industriels) répond aux exigences des postes vacants. Cela étant dit, l’entreprise procède alors à une ouverture de dossier dans notre agence. Dépendamment du nombre de postes à pourvoir, nous proposons à l’entrepreneur plusieurs candidatures.

Si ce dernier a par exemple besoin de deux soudeurs, nous allons lui proposer au moins six candidats. Pour cinq soudeurs, nous lui présenterons un minimum de 15 candidatures. À ce stade, il est vrai que les entreprises québécoises veulent alors en apprendre davantage sur les candidats potentiels. Aussi, nous offrons deux possibilités à l’entrepreneur, soit une mission dans le pays d’origine du candidat ou alors un entretien via Skype.

Notons que nous conseillons un déplacement sur place pour l’embauche de plus de deux travailleurs; cette mission peut être organisée dans un délai approximatif d’un mois. À cela, le personnel sur place en Amérique centrale travaille à mettre en œuvre différents services aux entrepreneurs comme la possibilité de faire passer aux candidats potentiels des examens pratiques sur des équipements spécialisés ou de procéder à des examens théoriques. Notons que ces travailleurs du domaine des métiers techniques sont jugés sur leurs expériences et compétences. De tels examens sont alors très utiles d’autant plus que pour l’exercice de ces professions la reconnaissance des diplômes étrangers n’est pas requise au Québec. Cela étant, ces différentes approches permettent alors à l’entreprise de sélectionner définitivement son ou ses candidats.

QUEL EST LE RÔLE DE MÉTIER PLUS INTERNATIONAL EN CE QUI A TRAIT AU PROCESSUS D’IMMIGRATION ? QUELS SONT LES DÉLAIS DE TRAITEMENT DES DEMANDES ?

Une fois les candidats sélectionnés, Métier Plus International entame les démarches auprès des gouvernements provincial et fédéral pour l’obtention du permis de travail. Au Québec, la pénurie de main-d’œuvre étant particulièrement significative pour quatre métiers ciblés par l’agence soit les machinistes, les mécaniciens, les électromécaniciens et les soudeurs, il est possible de recourir au processus d’immigration simplifié. Cela étant, bien que nous ne fassions pas appel à ce processus simplifié pour le recrutement des opérateurs et des peintres industriels, nous ne constatons pas actuellement de différence dans les délais de traitement des demandes dépendamment des approches adoptées. Par contre, nous ne pouvons pas affirmer que cette tendance va se maintenir.

En ce qui a trait au délai de traitement, les permis de travail s’obtiennent en général entre 4 et 6 mois après le dépôt de la demande. Cela dépend bien entendu du nombre de dossiers à l’étude au gouvernement; aucune entreprise n’a de pouvoir sur ces délais.

Comment Métier Plus International assure-t-il l’intégration des travailleurs étrangers ?

Une fois le permis de travail obtenu, l’agence a pour mission d’accueillir les nouveaux travailleurs à l’aéroport, de procéder à leur intégration en les accompagnant dans les processus d’ouverture de compte bancaire, l’obtention de la carte d’assurance maladie ainsi que l’obtention du numéro d’assurance sociale. Cela étant fait, l’agence accompagne alors le travailleur étranger jusqu’à son lieu de travail et son futur logement.

 Quels sont les devoirs de l’entreprise lors de l’accueil d’un travailleur immigrant ?

L’entreprise a la responsabilité de trouver un hébergement à son futur travailleur. Ce dernier doit être situé à proximité du lieu de travail et comprendre un minimum de commodités comme entre autres des meubles. Bien entendu, le loyer est à la charge du candidat.

 Combien faut-il débourser pour recruter un travailleur étranger ?

Il parait difficile de donner un montant fixe. Cela est en effet très variable puisque le prix est fonction des services que l’entreprise veut solliciter (tests techniques, examens théoriques et frais de traduction, mission sur place…). Disons que pour l’embauche d’un travailleur étranger, le prix se situe approximativement entre 10 000 et 12 000 $. Toutefois, il faut considérer que dans ce montant nous intégrons les frais relatifs à l’ouverture de dossier qui s’élève à 2 250 $. Aussi, pour une entreprise envisageant de recruter plusieurs candidats, ces frais ne sont alors pas répétés.

Quelle est la validité du permis de travail? Qu’en est-il du renouvellement? Quelles sont les obligations des travailleurs immigrants vis-à-vis de leur employeur ?

Les permis de travail ont une validité d’une année (pour la première année) et sont aisément renouvelables jusqu’à l’obtention de la résidence permanente par l’employé. Cela étant, l’avantage du recrutement international repose sur le fait que les candidats immigrants sont tenus de travailler durant toute la durée de leur permis de travail pour le même employeur. Cela permet alors à l’entreprise d’éviter le taux de roulement des employés et implicitement de limiter les frais de formation.

Quelles sont les approches adoptées pour s’affranchir de la barrière linguistique ?

Il est vrai que la plupart des travailleurs provenant d’Amérique centrale ne parlent essentiellement que l’espagnol, ils ne sont que très peu à parler anglais et encore moins français. De fait, chez Métier Plus International, nous prenons les devants en offrant la possibilité aux candidats d’apprendre le français durant le délai requis pour l’obtention du permis de travail. Pour ce faire, nous avons un professeur, qui fait partie intégrante de notre équipe, qui dispense alors des cours de langue à distance. Certains entrepreneurs québécois décident quant à eux d’envoyer à leur futur employé des lexiques techniques comprenant les mots clés utilisés dans leur entreprise. Enfin, il est à noter que les immigrants, une fois leur permis de travail obtenu, peuvent bénéficier gratuitement dès leur arrivée en sol québécois des cours de français offerts par le gouvernement.

Il est presque étonnant de dire que recruter des travailleurs ne parlant que l’espagnol représente un avantage et pourtant c’est bien le cas. En effet, ces derniers n’ont alors pas le choix que d’apprendre le français et cela est d’autant plus vrai s’ils souhaitent à plus long terme déposer une demande de résidence permanente au Québec; la maîtrise de cette langue étant une exigence du gouvernement provincial. Il est vrai que nous pourrions sélectionner des candidats maitrisant l’anglais, cependant, nous avons constaté que ces derniers pouvant alors s’exprimer et se faire comprendre au Québec ne mettent pas toujours les efforts nécessaires pour apprendre le français, cela se fait donc ressentir sur le processus de la demande de résidence permanente qui est souvent alors bien plus complexe et plus long.

 Quelles sont les forces de Métier Plus International ?

Nous assistons les compagnies tout au long du processus d’immigration soit dès l’ouverture du dossier jusqu’à l’intégration du candidat en passant par les étapes administratives et l’organisation des entrevues. Qui plus est, les membres de notre équipe étant non seulement localisés au Québec, mais également dans les pays d’Amérique centrale, cela nous permet d’accélérer les processus, car nous ne sommes pas tributaires d’un tiers.

Nous comprenons que le recrutement à l’international suscite beaucoup de questions. Notre équipe peut répondre à toutes vos interrogations et vous donner plus de détails sur chaque étape du processus. Remplissez une demande en ligne afin d’avoir plus d’informations.